open mobile menu close mobile menu

Interview avec Alfie Othman and Gomer Padong par LIFEIN

Nous partageons une brève interview avec Alfie Othman (raiSE) et Gomer Padong (PhilSEN) lors de l'Asia Policy Dialogue 2018 (4 ~ 5 juil. 2018) menée par LIFEIN; Les médias coréens spécialisés dans l'économie sociale (Voir l'intégralité ici , traduit et résumé par le secrétariat du GSEF).

Entretien avec Alfie Othman (PDG, raiSE)

Q. Singapour a son modèle économique unique, comment les entreprises sociales font face au système ?

R. Singapour a de nombreuses réglementations économiques et sociales, mais il n'y a pas de réglementation pour les entreprises sociales car il s'agit d'un secteur naissant et il existe un consensus sur le fait que la réglementation pourrait entraver sa croissance. Donc, pour ceux qui veulent lancer des entreprises ces jours-ci, ils préfèrent les entreprises sociales. Si on y regarde de plus près, il y a effectivement beaucoup de jeunes (génération milléniale) qui démarrent des entreprises sociales. Cette génération a un modèle de consommation qui favorise les produits, ont des valeurs sociales et des biens de commerce équitable. Comme ces jeunes générations vont être des consommateurs, des électeurs et des investisseurs dans un proche avenir, je crois que les tendances générales et les environnements deviendront plus favorables aux entreprises sociales.

Q. Quels types d'organisations d'économie sociale existent à Singapour ?

R. Singapour ne permet pas aux coopératives de se tourner vers des entreprises à but lucratif et elles sont assujetties à différents types de règlements puisqu'elles visent principalement les avantages des membres des coopératives. Nous avons donc l'économie sociale sous forme d'entreprise seulement. Du point de vue des investisseurs, les coopératives éprouvent des difficultés à augmenter leur taille et leurs profits, car elles se concentrent principalement sur leurs membres.

Q. Quel genre de demandes est fait au gouvernement pour la croissance des entreprises sociales ?

R. Le gouvernement apporte un soutien financier à plus de 300 entreprises sociales. Pour que les entreprises sociales soient autosuffisantes, l'intervention du gouvernement devrait être minimale. Nous travaillons actuellement à identifier si certaines organisations peuvent être classées en tant qu'entreprises sociales, mais une fois que le secteur se développera, je crois que nous avons besoin de certains cadres légaux pour certifier ces organisations.

Entretien avec Gomer Padong (directeur, PhilSEN)

Q. Nous pensons qu'il y a de l'instabilité politique et des risques aux Philippines, comment le secteur de l'économie sociale se comporte dans cet environnement ?

A. Les entreprises sociales aux Philippines ont commencé par l'idée d'améliorer la durabilité des entreprises sociales, en particulier après la fin du financement des bailleurs de fonds internationaux pour le développement. Comme le gouvernement considère l'économie sociale comme productive et bénéfique pour le développement, il considère les entreprises sociales du point de vue économique et a inclus l'économie sociale dans son plan de développement philippin. Au cours des 10 dernières années, l'économie sociale a considérablement augmenté. A ce jour, il existe 165 000 entreprises sociales dont 44% de femmes employées.

Q. Pourquoi pensez-vous que les jeunes rejoignent les entreprises sociales ?

R. La génération des jeunes a reçu beaucoup de choses sans trop de difficultés et ils pensent qu'ils devraient partager ce qu'ils ont apprécié dans la société. Contrairement à la tendance matérialiste dans le passé, de nos jours, les jeunes veulent défier et commencer de nouvelles choses.

Q. Que demandez-vous au gouvernement ?

R. Aux Philippines, il n'y a pas de difficulté à établir des entreprises sociales, mais elles ne bénéficient d'aucun traitement ou soutien spécial de la part du gouvernement et nous avons besoin de systèmes qui apprécient les valeurs générées et l'importance des entreprises sociales. Actuellement, le gouvernement soutient financièrement des projets, mais il y a des gens sans éducation qui manquent d'esprit d'entreprise et je crois que nous avons besoin du soutien du gouvernement, non seulement du soutien financier, mais aussi du renforcement des capacités. Nous demandons au gouvernement une meilleure reconnaissance des valeurs créées par les entreprises sociales, des mesures de soutien aux finances publiques telles que les marchés publics et les accès aux marchés.